Le groupe urologie hisse la clinique Saint-Augustin au 45ème rang mondial du Classement 2023 de Newsweek

Le groupe urologie hisse la clinique Saint-Augustin au 45ème rang mondial du Classement 2023 de Newsweek

Le groupe Urologie Saint-Augustin hisse la clinique Saint-Augustin de Bordeaux au 45ème rang mondial du Classement 2023 de Newsweek.

Dans son classement annuel de la célèbre revue Newsweek « World’s Best Specialized Hospitals 2023 » qui intègre cette année  la spécialité Urology, le Groupe Urologie de la clinique Elsan Saint-Augustin arrive à la 45ème place mondiale.

Le groupe Urologique Saint-Augustin se voit être le premier service urologique privé français, et le 3ème français derrière les services de l’AP-HP de la Pitié-Salpétrière et de Tenon selon le classement publié la semaine dernière.

Méthodologie

 

Newsweek a procédé à son classement en analysant 300 établissements dans 28 pays

Les listes sont basées sur une enquête mondiale, à laquelle plus de 40 000 professionnels de la santé (médecins, professionnels de la santé et directeurs d’hôpitaux) ont été invités à participer. Le classement comprend les 300 meilleurs hôpitaux pour la cardiologie et l’oncologie, les 200 premiers pour la pédiatrie, les 150 premiers pour la chirurgie cardiaque et l’endocrinologie et le top 125 pour la neurologie, la neurochirurgie, l’orthopédie, la gastroentérologie, la pneumologie et l’urologie.

La reconnaissance d’une expertise majeure

 

Les chirurgiens du groupe urologique Saint Augustin ont ainsi été reconnus par leurs pairs et cela donne du sens aux interventions qu’ils réalisent également régulièrement en France et à l’étranger pour des interventions complexes.

 

A noter que la clinique Augustin par ailleurs voit également ses services Cardiologie et chirurgie cardiaque reconnus dans le classement (respectivement 126eme et 147eme)

 

 

La récupération améliorée après chirurgie (RAAC)

La récupération améliorée après chirurgie (RAAC)

Qu’est-ce que la récupération améliorée après chirurgie (RAAC)?

La récupération améliorée après chirurgie (RAAC) vise l’autonomisation précoce du patient la plus proche possible dans le temps du geste chirurgical avec un objectif de « chirurgie sans risque et sans douleur »

Il s’agit d’améliorer considérablement la convalescence avec une meilleure qualité des suites opératoires qui a pour conséquence de baisser la morbidité.

Si la RAAC, est applicable potentiellement à tous, le rôle du patient est indispensable

Parfois nommée RAC pour Réhabilitation Accélérée après Chirurgie et même RRAC pour Réhabilitation Rapide après chirurgie, l’acronyme RAAC, Réhabilitation Améliorée après chirurgie, a été attribué par la société savante (société regroupant des experts exerçant et publiant des travaux de recherche) GRACE , Groupe de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie.

Les avantages de la RAAC

La mise en œuvre de techniques de réhabilitation améliorée comporte de multiples avantages et permettent de bénéficier d’une hospitalisation plus confortable, plus courte, tout en réduisant les complications post-opératoires. Si l’ambulatoire est aussi parfois préconisé pour des questions de coût pour le système de santé, ici c’est l’intérêt du patient qui prévaut à cette démarche.

  • D’abord par une plus grande efficacité des soins grâce à la mise en commun de l’expertise des soignants médecins et des soignants non-médecins formés à cette prise en charge multimodale
  • Ensuite par une plus grande cohérence des soins grâce au développement de l’esprit d’équipe parmi les soignants
  • Enfin des protocoles de soins fondés sur les meilleures données de la science, validés par de nombreuses études scientifiques de haut niveau.

la RAAC, en France, fait l’objet de recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2016 et les Agences Régionales de Santé sont attentives à leur déploiement.

Le principe de la RAAC

Les procédures de réhabilitation améliorée après chirurgie constituent un ensemble de mesures visant à réduire le stress (ou agression) chirurgical afin de rendre les suites opératoires moins compliquées.

La durée de l’hospitalisation varie théoriquement de quelques jours à plus de deux semaines (en fonction du déroulement des évènements). Au-delà de la surveillance médicale nécessaire et habituelle, le confort de tout opéré pendant cette période est une priorité absolue.

Il a été démontré qu’une modification partielle de la prise en charge (avant pendant et après l’intervention chirurgicale) pourrait non seulement raccourcir la durée du séjour après chirurgie, mais aussi réduire le risque de complications générales.

Ainsi comme le précise la Haute Autorité de Santé

La récupération améliorée est l’objet de recherches et de publications de plus en plus nombreuses ces dernières années avec une élévation progressive du niveau de preuve des études. De manière globale, il est rapporté que la RAAC est une prise en charge sûre : Selon les études les taux de complications et/ou de réadmissions hospitalières ne sont pas significativement différents voire sont inférieurs à ceux obtenus lors d’une prise en charge conventionnelle.

Le rôle actif du patient

Le rôle du patient dans cette prise en charge est primordial.sa participation commence dès les premières consultations médicales (préhabilitaion) avant l’opération pour se poursuivre après, et même au-delà du séjour à l’hôpital. Le patient devient un acteur de ses soins tout au long de cette période. Cette  implication directement dans la procédure de récupération précoce se fait de de la manière suivante :

Avant l’intervention notamment,
  • En participant, si l’état de santé le permet , à cette phase de préparation à la chirurgie appelée préhabilitation
  • En ayant lu et compris le principe de ces procédures
  • En intégrant le fait que ces procédures ne sont pas faites pour «chasser le patient » de l’établissement mais plutôt pour éviter un séjour inutilement prolongé (on sait le risque d’infections nosocomiales).
  • En s’engageant à participer activement aux procédures
  • En prenant, en accord avec l’équipe médicale, toutes les mesures pour une sortie de l’hôpital dès que les conditions sont réunies
Après l’opération et pendant le séjour à la clinique
  • En s’efforçant à se lever du lit dès l’après-midi du jour de l’opération lorsque c’est possible
  • En suivant, autant que possible, les prescriptions de ré-alimentation rapide
  • En quittant la chambre pour marcher dans le couloir du service dès que possible
  • En appuyant, le cas échéant, sur le bouton de l’appareil anti-douleur chaque fois que nécessaire
  • En signalant tout évènement anormal
Après la sortie de la clinique
  • En s’efforçant de retrouver aussi rapidement que possible les activités habituelles
  • En contactant le médecin traitant ou le chirurgien référent chaque fois que nécessaire (les coordonnées sont bien évidemment communiquées !)

Si les conditions personnelles ne permettent pas une sortie rapide de l’hôpital toutes les mesures nécessaires doivent être prises bien avant la programmation de l’intervention pour trouver une solution adéquate.

La RAAC à la Clinique Saint-Augustin

Initialement développée en Scandinavie en chirurgie colorectale, la RAAC a vocation à s’étendre à toutes les spécialités et tous les patients.

Ainsi a-t’elle été appliquée à l’urologie (cystectomie, néphrectomie, prostatectomie)

Autour des chirurgiens urologues de la clinique Saint-Augustin des équipes pluridisciplinaires : équipes médicales (médecins anesthésistes, rééducateurs, infirmiers, kinésithérapeutes, aides-soignants, etc.) et un environnement administratif et organisationnel favorables travaillent à améliorer cette récupération accélérée qui a démontré un bénéfice réel pour les patients.

Si 42 % de l’activité Urologique au sein du Groupe Urologique Saint-Augustin se fait en ambulatoire, la récupération accélérée après chirurgie implique  l’intervention de différentes spécialités qui vont de la kinésithérapie à l’assistante sociale toutes présentes au sein de la clinique.

C’est un élément important au service des patients qui permet également avec ce suivi particulier de développer une relation de confiance entre le patient et les équipes soignantes.

 

Le déroulé d’une intervention chirurgicale

Le déroulé d’une intervention chirurgicale

Après avoir préalablement défini la date de l’opération avec le chirurgien urologue et donné votre consentement, rencontré le médecin anesthésiste, vous vous présentez pour l’intervention chirurgicale ;

Celle-ci se déroule dans les salles d’opérations de la Clinique Saint-Augustin. des « blocs » sont ainsi préparés pour les interventions. Vous êtes anesthésié(e) directement au bloc.

Dès lors, l’intervention peut commencer.

L’opération assistée par Robot Da Vinci présente des avantages considérables :

Pour les chirurgiens

La dextérité, la visibilité, la précision sont considérablement améliorées.

Le système da Vinci répond aux ordres du chirurgien en temps réel. Il met à l’échelle, filtre et convertit les mouvements des mains, poignets et doigts du chirurgien, en mouvements précis d’instruments miniatures introduits dans le corps du patient. S’il s’avère que l’intervention doit durer plus longtemps que prévue, l’attention du chirurgien est ainsi complètement maintenue et la fatigue physique réduite du fait d’être assis à la console. Le système est donc très sûr et éprouvé par les chirurgiens du groupe urologique de la clinique Saint Augustin depuis de nombreuses années

 

Explication de l'intervention

Le principe de l’intervention assistée par le robot Da Vinci (Source Intuitive Surgical/Da Vinci Systems)

Console « Vision Cart » avec le retour image pour les assistant(es).

En revanche le terme de « robot » pourrait laisser croire que la machine remplace l’homme ce qui n’est pas le cas : elle prolonge l’action du chirurgien dans la précision parfaite. Pour la sécurité du patient, le robot Da Vinci ne peut ni être jamais être programmé, ni prendre des décisions de manière autonome.

L’assistante du chirurgien (elles sont réalité 2 à 3 en salle) sont constamment autour du patient tandis que le chirurgien est assis, installé derrière une console ergonomique d’où il dispose d’une vision en 3D ultra-précise.

Bloc opératoire avec Robot Da Vinci

Bloc opératoire pendant l’intervention d’un chirurgien urologue de la clinique Saint-Augustin avec Robot Da Vinci

Pour les patients

le recours à une intervention chirurgicale à l’aide de la plate-forme robotisée Da Vinci , par rapport à la chirurgie ouverte conventionnelle, réduit :

  • La durée d’hospitalisation,
  • Les douleurs post-opératoires,
  • Les risques d’infection,
  • Les probabilités de transfusion sanguine,
  • Le temps de rétablissement et de retour à une activité normale.

En effet il suffit dans la plupart du temps d’incisions pour faire passer les instruments. On parle alors de chirurgie mini-invasive.

Les personnes présentes au bloc

Dans le bloc de la Clinique Saint-Augustin, sont présents a minima le chirurgien, les assistant(e)s et le médecin anesthésiste, qui derrière un champ, s’assure que tout se déroule correctement. Ce dernier communique oralement régulièrement avec le chirurgien opérant.

A la suite de l’opération, vous êtes conduit en salle de réveil puis dans votre chambre où vous recevez la visite du chirurgien qui vous a opéré, généralement en fin de journée.

 

 

Le Groupe Urologique Saint-Augustin participe à la première chirurgie urologique assistée par robot Da Vinci en Hongrie

Le Groupe Urologique Saint-Augustin participe à la première chirurgie urologique assistée par robot Da Vinci en Hongrie

Le 16 décembre 2021 intervenait une étape importante dans l’histoire de la chirurgie hongroise du cancer.

En effet, le premier appareil de chirurgie robotique DaVinci de Hongrie arrivait au Centre de chirurgie des tumeurs de l’Institut national d’oncologie (Budapest) « à 7 heures du matin » précisait l’institut.

L’installation de l’appareil a eu lieu le jour même, et les formations professionnelles débutèrent dans la foulée car le maniement du matériel nécessite une formation particulière.

Le premier appareil chirurgical robotisé Da Vinci en Hongrie se devait d’être opérationnel à partir de janvier 2022 toujours selon l’Institut, avec « l’aide de cabinets urologiques et gynécologiques ».

L’assistance du groupe Urologique Saint-Augustin

Dans ce contexte, le 21 janvier dernier , le docteur Jean Rouffilange du Groupe Urologique Saint-Augustin de Bordeaux s’est déplacé en Hongrie afin de réaliser et accompagner (proctoring)  la première chirurgie urologique robotique de Hongrie aux côtés de Jànos Szabó à l’institut national oncologique de Budapest.

Cette première a permis aux équipes hongroises de se familiariser avec le robot DaVinci (cf la vidéo ci-dessous) et de bénéficier de l’expérience des chirurgiens urologues de la Clinique Saint-Augustin de Bordeaux.

Pour rappel, le Groupe Urologique de la clinique Saint-Augustin avait été le premier en France à s’équiper de ce matériel de haute technologie.

 
Une première en Hongrie s’est félicité le ministre de la Santé

Cette intervention a fait l’objet d’une couverture médiatique importante et a donné lieu à un communiqué du ministre de la santé hongrois, M. Miklós Kásler qui a pris la parole dans une intervention diffusée sur Facebook au cours laquelle il a notamment déclaré :

« Nous avons atteint le tournant de la chirurgie hongroise, car la première chirurgie robotique hongroise a été réalisée à l’Institut national d’oncologie. 

Minister Miklós Kásler. Photo by Szilárd Koszticsák/MTI[

Pendant environ 4 heures de chirurgie, une ablation complète de la prostate a été réalisée. Le patient a bien supporté l’opération et se remet déjà à la maison. 

C’était une vieille ambition de la chirurgie hongroise et il y a au moins 8 ans, j’ai lancé l’idée que la Hongrie pourrait également introduire la chirurgie robotisée »

 

             Miklós Kasler, 24 Janvier 2022.            

 
 

 

La Clinique Saint-Augustin une nouvelle fois consacrée en 2021 selon Le Point

La Clinique Saint-Augustin une nouvelle fois consacrée en 2021 selon Le Point

Attendu chaque année en septembre le magazine hebdomadaire Le Point a rendu son très sérieux classement des établissements de santé dans son numéro 2563 daté du 23 septembre 2021.

L’équipe du Groupe Urologie Saint Augustin est de nouveau placée encore au 1er rang des centres privés en France dans le traitement du CANCER DE LA PROSTATE du CANCER DU REIN.

En effet pour la troisième année consécutive le magazine Le Point qui publie annuellement le classement des meilleurs hôpitaux et des meilleures cliniques de France  consacre le service urologique de la clinique Saint-Augustin en le plaçant en tête de son classement dans un certain nombre de catégories.

Sur le classement Trophée d’Excellence qui recense l’ensemble des cliniques au niveau national, la clinique Saint-Augustin (Tous services confondus) est désormais à la 17e place, en hausse par rapport au classement précédent

Classement 2021 de la Clinique Saint Augustin par spécialité au niveau national 

Spécialité Note Rang national « Les plus »
Cancer de la prostate 18,66 1 Robots chirurgicaux, Inca*
Cancer de la vessie 18,23 1  
Cancer du rein 18,22 1 Robots chirurgicaux, Inca*
Cancer ORL 18,10 3 Robots chirurgicaux, Inca*
Adénome de la prostate 17,51 8  
Incontinence urinaire 16,49 16  

Tableau établi à partir des données publiées dans « Le Point

*INCA : Institut National Contre le Cancer

 
Cancer de la Prostate ( 1er sur 241 )

Source : Le Point, n°2563 daté du 23 septembre 2021, page 172

 
Cancer de la Vessie ( 1er sur 328 )

Source : Le Point, n°2563 daté du 23 septembre 2021, page 172

 
Cancer du Rein (1er sur 247 )

Source : Le Point, n°2563 daté du 23 septembre 2021, page 171

 
Adenome de la prostate ( 8eme sur 328 )

Source : Le Point, n°2563 daté du 23 septembre 2021, page 165

 
Incontinence urinaire (16eme sur 366 ) 

Source : Le Point, n°2563 daté du 23 septembre 2021, page 163

Ce classement, s’il en était besoin, démontre la recherche de l’excellence qui est faite par le service d’urologie de la clinique Saint-Augustin en utilisant notamment les technologies les plus avancées au service des patients.

L’ensemble de la méthodologie appliquée est présentée page 201 du Magazine (ou communicable sur demande)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 robots dernière génération pour un confort inégalé

2 robots dernière génération pour un confort inégalé

La clinique Saint-Augustin à Bordeaux s’est dotée de deux robots chirurgicaux da Vinci Xi*, développés par la société Intuitive Surgical, utilisée par le Groupe Urologie Saint Augustin.

Ils sont équipés de la Trumpf Table Motion*, une table d’opération mobile intégrée qui permet d’ajuster la position du patient en cours d’intervention, de façon synchronisée avec le robot, a précisé Médiapôles Partenaires dans son communiqué.

L’établissement a par ailleurs participé au congrès international « Challenges in Laparoscopy and robotics » à Bordeaux les 8 et 9 juin 2017. La clinique avait été sélectionnée pour proposer à plus de 500 participants de suivre les interventions de chirurgiens filmées en direct et retransmises au Palais des congrès de Bordeaux.

Source article TICSANTE.COM – 12/06/2017 

Voir l’article en ligne